Le portail culturel du Département de l'Isère
Accueil du site
ACCUEIL / PATRIMOINE / PARCS ET JARDINS / Art contemporain dans les jardins du Musée Hébert
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

PATRIMOINE

Art contemporain dans les jardins du Musée Hébert

En marge de la vie urbaine, le parc du musée a su garder, avec ses allées ombragées, ses charmilles en tonnelles et ses bruissements d'eau, le souvenir et le charme d'un jardin d'artiste.
Il a reçu en 2004 le label « jardin remarquable » attribué par le Ministère de la culture et de la communication.
Une reconnaissance pour la qualité et le charme de ce jardin, dont la richesse tient autant à ses origines (XVIIe et XVIIIe siècle), qu’à son réaménagement par le peintre Ernest Hébert et sa femme Gabrielle.
L’association des espaces réguliers à l’italienne et du parc paysager à l’anglaise, les éléments antiques et les nombreux bassins évoquant les jardins de la villa Médicis à Rome font l’originalité de ce domaine ouvert gratuitement au public.

› Les jardins du musée Hébert sont ouverts à la sculpture tant nationale que régionale depuis de nombreuses années. C'est ainsi qu'on a pu y découvrir les œuvres d'artistes comme Giglioli, Lipsi, Coulentianos et plus récemment Schlaepfer mais aussi André, Clerc, Lovato, Weil ou celles présentées dans le musée avec la série des expositions « Dedans-Dehors »

 

HISTORIQUE

Photo du parc du Musée HébertLe futur peintre à quatre ans, lorsque sa mère, Amélie Hébert achète à La Tronche, en 1821, la partie résidentielle d'un ancien domaine agricole noble.
La propriété comprend alors une maison de plaisance et une orangerie datant du XVIIème siècle ; une petite ferme plus récente fournit les produits frais.
Agrémentée d'un jardin, d'un verger et de treillages -vignes sur hautins- elle est, selon l'habitude tronchoise, entourée de murs. Idéalement situé, aux portes de la ville, face à la chaîne de Belledonne et bénéficiant d'un ensoleillement maximum, le « clos» est, en été, un havre de fraîcheur pour la famille Hébert qui vit dans un appartement de Grenoble.

Quand sa carrière entraîne Ernest Hébert (1817-1908) à Paris puis à Rome, la maison de son enfance reste un refuge très apprécié et une étape sur le chemin de l'Italie. Il modifie peu l'aspect champêtre du "clos" et conserve les bassins ronds, le verger et le petit bois. Des orangers sont alignés devant la maison et la façade de celle-ci, fleurie en abondance de glycines et de rosiers grimpants. Une allée de buis taillé en berceau et quelques éléments antiques évoquent les jardins de la Villa Médicis.

A la fin de la vie d'Hébert, la construction de la nouvelle route de Chambéry (l'actuelle avenue du Grésivaudan) ampute le domaine de plus d'un hectare. C'est vraisemblablement à cette période que la terrasse en belvédère est consolidée par un mur de soutènement couronné d'une moulure de pierre, provenant des fortifications de Grenoble.

Après la mort du peintre en 1908, sa femme Gabrielle transforme alors progressivement la propriété. A l'arrière, un jardin paysager remplace le verger. La vaste prairie, limitée par une allée de platanes et une allée de fayards, est ornée d'une pièce d'eau « l'étang des nymphéas », d'un groupe de hêtres pourpres du Canada et de cèdres de l'atlas.

En 1934, Gabrielle Hébert dessine, devant la maison, un jardin régulier à l'italienne. Les deux bassins ronds XVIIe siècle forment l'axe de deux parterres de pelouses soulignés de traits de buis, d'ifs taillés en topiaires et de rosiers. Plus loin, au-delà d'une salle de verdure en tilleuls, la grotte ou Nymphée déverse son écran d'eau dans un bassin rectangulaire entourée de charmilles en tonnelle.

A l'extrémité ouest du domaine, sur une pointe de terrain, acheté plus récemment par le donateur, la roseraie propose des rosiers de type ancien appartenant pour la plupart à des plants crées au XIXe siècle et dont les noms évoquent la société de l'époque.

LOCALISATION


Afficher Musée Hébert - La Tronche sur une carte plus grande

Partager cette page  

L’Isère propose

Pratique

Musée Hébert
Chemin Hébert
38700 LA TRONCHE
04.76.42.97.35
www.musee-hebert.fr


Le jardin est accessible pendant les horaires d'ouverture du musée
Le musée est ouvert tous les jours (sauf le mardi) de 10 h à 18 h

Jusqu'à 19 h les dimanche du 1er juin au 30 septembre inclus.

Entrée gratuite
Visite libre